Les dangers des huiles essentielles : 7 erreurs à éviter formellement !

Les remèdes naturels constituent souvent une alternative aux traitements médicamenteux ou un complément. Cependant, comme on vous le rappelle parfois : ce n’est pas parce que c’est naturel que c’est inoffensif. Ce sont des essences extrêmement concentrées et donc trop puissantes pour faire n’importe quoi ! Ainsi, nombreux sont ceux qui achètent par exemple des huiles essentielles et les ingèrent ou les utilisent sans les diluer sans savoir que ces gestes peuvent être lourds de conséquences (irritations, brûlures…) ! Révisons ensemble les choses qu’il faut éviter avec des huiles essentielles.

1) Ne pas rester sur vos gardes est l’un des pires dangers des huiles essentielles

Crédits : iStock

Le net fourmille d’articles sur les huiles essentielles où l’on pourrait être portés à croire que l’on peut les ingérer ou les utiliser comme bon nous semble et à tout moment ! Il s’agit néanmoins d’un type de médecine très puissant à base de plantes et il ne faut donc jamais oublier d’être prudent en lisant et appliquant ces conseils, mais aussi en en donnant soi-même lorsque l’on ne s’y connaît pas parfaitement ! Certaines huiles essentielles ne s’utiliseront jamais sur la peau ou ne peuvent jamais être ingérées… Être éduqué sur le sujet est donc très important. Informez-vous sur les contre-indications, faites des tests d’allergies sur le creux de votre coude et respectez les doses au lieu de jouer aux apprentis sorciers.

2) Ne pas faire attention à la qualité des huiles utilisées

Crédits : PxHere

Beaucoup d’entreprises qui vendent des huiles essentielles utilisent des matières synthétiques ou des plantes couvertes de pesticides pour leurs produits, ce qui fait que l’huile n’est ni naturelle ni bonne pour la santé à cause de tous ces produits chimiques. En plus, l’huile essentielle peut parfois être diluée dans des produits qui n’ont rien de bon ou de naturel. Il est donc crucial de vous tourner vers des huiles essentielles pures (sans additifs) et bio dans la mesure du possible.

3) Vous utilisez des huiles photosensibilisantes avant de vous exposer au soleil

Crédits : iStock

Vous savez sûrement déjà qu’il existe des huiles essentielles dermocaustiques (qui causent des irritations, voire des brûlures en application non suffisamment diluée). Par exemple, c’est le cas de l’écorce de cannelle, de la bergamote, du gingembre, du ciste ou encore de la sarriette des montagnes. Cependant, d’autres huiles ne sont quant à elles pas compatibles avec l’exposition au soleil et peuvent aussi causer des réactions sur la peau ! Il est donc préférable de ne les utiliser que le soir ou dans des zones qui ne sont pas exposées. Les principales huiles photosensibilisantes sont souvent celles d’agrumes. Ainsi, on retrouve dans cette catégorie celle d’orange, de citron et citron vert, celle de bergamote, celle de citronnelle (lemongrass), celle de mandarine verte, celle de camomille matricaire, celle de pamplemousse, celle de cumin ou encore celle de verveine odorante.

4) Les utiliser trop longtemps

Crédits : iStock

Des excès pourraient avoir des effets néfastes sur votre santé. Par exemple, il convient de ne pas diffuser des huiles essentielles plus de 8 heures. Au bout d’un moment, cela n’a plus aucun effet sur le cerveau de toute façon et cela peut irriter les voies respiratoires ou donner lieu à des maux de tête et nausées. En plus, parfois, sentir directement le flacon profondément est tout simplement jusqu’à trois fois plus efficace et pratique tout en préservant les enfants et les animaux de l’air aromatique chargé. Si elles vous aident à dormir en diffusion dans la chambre, pensez à l’éteindre quelques minutes avant d’aller dormir. En inhalation, pensez à bien fermer les yeux pour éviter les irritations (surtout avec la menthe) et n’excédez pas 5 minutes (voire 10 grand maximum). En usage interne, limitez l’usage à quelques jours aussi.

5) Les utiliser sur vos animaux sans faire attention

Crédits : Pixabay/Asyouwish6

Ne croyez pas que si une huile essentielle est bonne pour nous, elle le sera automatiquement pour un animal. Déjà, les chats ne supportent pas les huiles essentielles qui sont en général très toxiques pour eux ! Par ailleurs, il vaut mieux éviter d’utiliser les huiles essentielles d’origan, d’arbre à thé, de thym, de clou de girofle, de bouleau et de gaulthérie sur les animaux. Les huiles essentielles de lavande, d’immortelle et surtout d’oliban sont en revanche plus facilement utilisables. Pour un chien, nous vous avions par exemple parlé d’un mélange pour soulager ses rhumatismes. Aussi, vous pouvez par exemple lui donner un vermifuge 100% naturel à base d’huiles essentielles.

6) Ne pas les utiliser à bon escient sur les enfants

Crédits : iStock

Premièrement, gardez à l’esprit qu’ils sont plus petits et requièrent donc de plus petites doses ! Et bien sûr, il faut une dilution bien plus forte de l’ordre d’une goutte pour 20 ml sur un bébé ou un tout petit par exemple. En effet, leur peau est extrêmement délicate. Des huiles essentielles antimicrobiennes comme celle d’origan ou de citronnelle n’ont pas besoin d’être utilisées sur les enfants. Et les autres ne doivent jamais être ingérées, appliquées près des yeux, du nez ou sur le visage dans la mesure du possible. Par ailleurs, on n’en met jamais sur les mains d’un bébé qui risque de les mettre dans la bouche. Par contre, c’est possible sur les pieds pour faire un massage si on lui enfile des chaussettes après. Heureusement, à partir de 6 ans, la dangerosité des huiles essentielles commence à décroître.

7) Utiliser certaines huiles essentielles pendant la grossesse

Crédits : DigitalMarketingAgency / Pixabay

Certaines huiles peuvent être utilisées pendant une grossesse. Cependant, d’autres sont à éviter absolument, car elles peuvent s’avérer abortives ou stimuler les contractions. D’autres sont dites “hormone-like”. En fait, cela signifie qu’elles contiennent des hormones végétales qui ressemblent à nos hormones. Bien sûr, elles ne seront pas aussi puissantes qu’elles ou leur version de synthèse. Donc on ne peut pas les substituer à des contraceptions et traitements de la ménopause. Cependant, mieux vaut éviter les essences qui perturberont vos hormones, surtout les œstrogènes ! Ici, on peut citer le cumin, le carvi, le niaouli, la sauge sclarée et officinale, le fenouil, l’anis vert, le cyprès toujours vert, etc.  Pendant la durée de votre grossesse, faites donc attention et évitez les huiles dangereuses comme celles citées précédemment. Enfin, oubliez aussi celles de cannelle, clou de girofle, bouleau, gaulthérie ou myrrhe.

Source

Loading...